Retour à la liste des villes

Woonsocket

Rhode Island, États-Unis

Située au cœur de la vallée de la rivière Blackstone, une région réputée pour la richesse de son patrimoine industriel, Woonsocket se trouve à un jet de pierre des métropoles culturelles de la Nouvelle-Angleterre telles que Newport, Boston et Providence. C’est aussi et surtout une ville qui porte fièrement les traces des nombreux Canadiens français qui s’y sont installés au 19siècle.

En un coup d'oeil

Ville Woonsocket
État Rhode Island
Pays États-Unis
Population 41 186
Date de fondation 1888
Mairesse Lisa Baldelli-Hunt
Site touristique www.tourblackstone.com
Site de la ville www.woonsocketri.org
Vidéo de présentation de la ville


Parade de la St. Jean-Baptiste (1906)

Woonsocket a été fondée en 1867 avec la fusion de trois villages. Elle a fini par unir les deux rives de la rivière Blackstone sous son nom en absorbant trois autres villages du secteur pour se voir reconnaître, en 1888, son statut de ville.

D’origine amérindienne, son nom fait référence à la brume provoquée par la chute de plusieurs mètres qui gronde au centre de la ville. La Blackstone, l’une des plus puissantes rivières aux États-Unis, fournissait un pouvoir hydraulique idéal pour l’implantation d’une industrie textile. Avec la fondation de la première usine en 1810, Woonsocket a rapidement acquis une renommée internationale pour la qualité de sa production et est devenue l’un des fleurons de la filature américaine, attirant des milliers de travailleurs provenant en majorité du Québec.

Le début du 20e siècle marque l’apogée de Woonsocket qui, par son rayonnement dans la région, se fait connaître comme la « ville reine de la vallée de la Blackstone ». Le visiteur appréciera ses nombreux monuments et trésors du passé, témoins de sa diversité culturelle et de sa riche histoire.

Woonsocket fait aussi partie du parc national historique de la vallée de la rivière Blackstone, un haut lieu du patrimoine naturel américain protégé depuis plus de 30 ans. La ville s’intègre parfaitement dans cet environnement propice à diverses activités de villégiature, où symboles de l’histoire industrielle et paysages naturels cohabitent en harmonie. Différents parcours, dont des balades nautiques, et plusieurs pistes cyclables sillonnent ce grand site historique.

Les habitants de Woonsocket sont fiers et avides de transmettre la riche histoire de leur ville et se portent garants d’une vie culturelle et artistique authentique. Le Stadium Theatre, à l’architecture typique des années folles, reçoit des artistes prestigieux. La ville accueille aussi de nombreux festivals qui proposent des performances musicales, gastronomiques et cinématographiques.

La vocation textile de la ville se maintient grâce aux activités de compagnies telles que la Northwest Woolen Mills, qui produit des couvertures et des bérets pour l’Armée américaine. En outre, la chaîne pharmaceutique CVS Health, qui compte 7600 magasins, a établi son siège social à Woonsocket. Ces relations entre la ville et ces compagnies d’envergure nationale symbolisent l’intérêt économique que continue de représenter Woonsocket.


Bienvenue à Woonsocket © Chris James Photography

Histoire francophone

Située dans le berceau de la révolution industrielle américaine, la filature florissante de Woonsocket représentait une opportunité pour les immigrants canadiens-français. Cet événement historique explique la richesse du patrimoine francophone et multiculturel qui continue de marquer le paysage de la ville. Puisqu’elle a conservé cet héritage avec fierté, Woonsocket est devenue une étape incontournable du circuit touristique de la vallée de la rivière Blackstone aussi bien pour les francophones que pour les francophiles.

Si le premier francophone s’installe à Woonsocket dès 1815, la principale vague d’immigration survient entre 1840 et 1930. Presque un million de Canadiens français immigrent en Nouvelle-Angleterre en échange de la promesse d’une vie meilleure et d’une stabilité d’emploi. De nouveaux ouvriers arrivent des campagnes du Québec avec leur famille pour venir grossir les rangs de l’industrie textile de Woonsocket, alors en pleine effervescence. Au-delà de la transformation du paysage urbain, ce changement métamorphosera le visage de la ville. Les immigrants canadiens-français se battront longtemps pour la survie de leur culture, de leur langue et de leur foi, ce qu’ils appellent la « survivance ».

La ville tire ses plus illustres personnages historiques de cette immigration. Parmi eux, le politicien Aram J. Pothier a été une figure marquante de l’histoire des Franco-Américains. Né au Québec en 1854, il s’installe en 1872 à Woonsocket, où il devient un homme d’affaires. Au cours de visites officielles en Europe, il convainc des propriétaires d’usines textiles de France et de Belgique d’installer leurs établissements à Woonsocket. La langue commune des ouvriers – le français – pèse dans la balance. Son succès se traduit ensuite par une carrière politique féconde : maire de Woonsocket de 1894 à 1896, Aram J. Pothier deviendra le premier gouverneur canadien-français du Rhode Island.

Qui se douterait que l’« empereur » du baseball était de Woonsocket? L’Amérique se souvient encore des exploits de Napoléon Lajoie, né en 1875 de parents canadiens-français. Intronisée en 1937 au Baseball Hall of Fame, cette légende a établi des records qui demeurent invaincus.

L’existence de ces personnalités fait écho à un fait sans précédent dans le Rhode Island : en 1920, 70 % des habitants de Woonsocket sont des Canadiens français qui ont transformé le centre-ville en un « Petit Canada ». Le français y devient l’une des langues principales, et certains citadins le parlent exclusivement toute leur vie! Cependant, les obstacles rencontrés dans l’entre-deux-guerres contraignent ces nouveaux citoyens américains à délaisser la survivance pour s’intégrer à leur société d’accueil.

Malgré tout, l’héritage francophone est bien vivant à Woonsocket et le français continue d’être parlé à plusieurs occasions par des citoyens. La ville compte de nombreuses institutions vouées à la préservation des racines francophones de sa population. Le Musée du travail et de la culture consacre ses expositions permanentes, présentées en anglais et en français, à l’histoire touchante des immigrants canadiens-français.

L’attachement à sa diversité culturelle est aussi une occasion pour Woonsocket de célébrer dynamiquement sur son territoire, en mars, deux fêtes annuelles de la francophonie au Rhode Island. Symbolisant l’importance que représente ce lieu pour l’histoire du Québec, le Musée du Travail et de la Culture organise chaque année une soirée de projections de films par des réalisateurs de la Belle Province. En outre, « Bonjour Printemps » fête le retour de la belle saison et de la culture francophone du Rhode Island à travers la musique, la gastronomie et les arts. Parallèlement, Woonsocket rejoint une tradition partagée par de nombreux groupes franco-américains de l’Amérique du Nord en célébrant le Mardi Gras chaque année tout en accueillant en extérieur un Festival du patrimoine francophone.

L’American-French Genealogical Society, elle, aide les Américains d’ascendance canadienne-française (ils sont plus de 10 millions) à retracer leurs origines francophones. Par la minutie de ses travaux de recherche et la qualité de ses publications, cet organisme est un acteur de premier plan en matière de généalogie.

Situé dans l’ancienne église du même nom et dans la plus grande paroisse canadienne-française historique, le St Ann Arts and Cultural Center retrace et préserve la relation qu’entretenaient les immigrants de confession catholique. Surnommé la « chapelle Sixtine » de l’Amérique du Nord, en raison de la similitude de ses fresques avec celles du célèbre monument romain, le centre organise aussi des concerts, des événements et des réceptions.

Woonsocket accueille à bras ouverts une culture francophone plurielle. Tandis que 46 % de sa population se réclame d’ascendance canadienne-française, des communautés issues du Vietnam, du Laos et du Sénégal, pays membres de la francophonie, sont venues renforcer son accent unique. Cette diversité et cette singularité, portées avec fierté par les habitants, attirent des visiteurs du monde entier. En faisant vivre ses racines, Woonsocket souhaite la bienvenue à tous les amoureux de la francophonie.

Faites découvrir cette ville à vos connaissances