Retour à la liste des villes

Welland

Canada

De nombreux francophones habitent à Welland, dite la « ville des roses ». Depuis un siècle, leur présence y est notable, sans oublier celle des Italiens et d’autres communautés qui en ont fait un symbole de la diversité canadienne.

En un coup d'oeil

Ville Welland
Province Ontario
Pays Canada
Population 50 631
Date de fondation Incorporée en 1858
Maire Frank Campion
Site de la ville welland.ca


Surnommée la « ville des roses », Welland est l'un des secrets les mieux gardés de la péninsule du Niagara. On dit aussi que c'est l'endroit où le fer et l'eau se rencontrent, en référence, d'une part, aux voies ferrées qui rejoignent les États-Unis et le reste de l'Ontario, et de l'autre, au canal et à la rivière Welland.

De toutes les villes de la région du Niagara, Welland est probablement la plus représentative de la diversité canadienne. Outre sa vaste population canadienne-française, elle compte une importante communauté italienne et constitue depuis 10 ans une destination de choix pour nombre d'immigrants sud-américains, africains, asiatiques et russes.

Les visiteurs apprécient tout particulièrement les bonnes tables du centre-ville, le marché agricole et le Musée historique de Welland. Le monument commémoratif du canal Welland, érigé dans le parc Merritt, rend hommage à tous ceux qui ont participé à la construction de cette voie navigable.

Welland compte parmi les 10 villes canadiennes les plus propices aux affaires, selon PROFITguide.com. La décision de General Electric Canada d'y construire une nouvelle usine de 450 000 pi2, qui créera quelque 150 emplois, contribue au rayonnement de la ville sur la scène internationale. La recherche dans le secteur de la fabrication s'intensifie après un récent investissement de 4,2 millions de dollars du gouvernement de l'Ontario pour financer la construction d'un centre permanent de fabrication de haute technologie au Collège Niagara. Les fabricants de l'Ontario auront ainsi accès à de l'équipement et à des installations ultramodernes ainsi qu'à l'expertise du corps professoral et des étudiants.

La voie navigable récréative de Welland, qui s'étire sur 7 km au cœur de la ville, accueille des compétitions en eau calme de calibre international, comme les Jeux panaméricains, et offre à ses citoyens un endroit idéal pour la pratique du canot, du kayak et d'autres sports aquatiques. C'est sans oublier l'île Merritt, lieu de prédilection pour la marche, la randonnée, le vélo, les pique-niques et autres activités en plein air.

Parmi les installations sportives de la ville, mentionnons un stade de baseball professionnel, un aréna de 2 250 places ainsi que le Complexe de bien-être communautaire de Welland, centre doté d'une piscine thérapeutique qui propose une foule d'activités pour toutes les tranches d'âge.

Welland est traversée par la boucle du Grand Niagara, un sentier pavé qui longe le canal Welland d'un bout à l'autre de la péninsule. L'emplacement stratégique de la ville en plein cœur de la région facilite grandement les déplacements, et sa proximité avec la frontière profite autant au tourisme qu'au commerce.

Welland regorge de quartiers tous plus agréables les uns que les autres, ponctués de magnifiques parcs multifonctionnels et bordés par la voie récréative qui traverse le centre de la ville.

L'éclectisme urbain de Welland en fait une ville en mouvement qui sait jeter un pont entre le passé et l'avenir.

Histoire francophone


Les francophones se sont établis en Ontario il y a 400 ans. Mais leur présence dans la région de Niagara s'est fait remarquer en 1917, lorsque l'usine Empire Cotton Mills, située à Welland, a commencé à recruter des Canadiens français venant de la province de Québec. La compagnie souhaitait embaucher des travailleurs du Québec en raison de leur expertise dans le tissage. Initialement, 20 familles se sont installées à Welland, attirées par les salaires compétitifs. Elles vivaient dans le quartier autour de l'usine. Rapidement, ce quartier est devenu la plaque tournante de la communauté francophone. Il est aujourd'hui connu sous le nom de « French Town ». D'autres usines comme Atlas Steel ont recruté des travailleurs du Québec pour leurs activités locales. La croissance économique qu'a connue Welland par la suite a attiré un grand nombre de francophones en provenance du Québec, du Nouveau-Brunswick et du Nord de l'Ontario.

La communauté francophone de Welland a continué de s'agrandir avec la construction d'écoles de langue française, d'institutions financières, d'églises et de clubs sociaux. La population francophone a augmenté progressivement au cours des années. En 1940, il y avait 1 015 personnes de langue française à Welland, et en 1946, cette population avait presque doublé avec 3 000 individus.

Le recensement de 2011 indique que la population francophone de Welland représente 11,4 % de la population totale de la ville, soit 5 771 individus. Il y a également une présence notable de francophones dans trois autres villes de la région de Niagara : St. Catharines, Niagara Falls et Port Colborne. Environ 15 580 francophones vivent dans la région de Niagara, ce qui représente 3,7 % de la population totale.

Une plaque située à côté de l'église Sacré-Cœur de Welland rend hommage à la communauté francophone. Elle raconte l'histoire des premiers francophones qui sont arrivés dans la région. Écrite dans les deux langues officielles du Canada, elle se lit comme suit :

Le quartier connu sous le nom familier de « French Town » fut créé en 1918, lors de l'arrivée d'environ 20 familles canadiennes-françaises du Québec, venues travailler à l'usine d'Empire Cotton Mills. La paroisse catholique romaine Sacré-Cœur vit le jour en 1920 et devint le centre culturel de la communauté francophone qui s'était établie aux alentours de la rue Empire. D'autres familles canadiennes-françaises arrivèrent du Québec, du Nouveau-Brunswick et du Nord de l'Ontario tout au long des années 1920. Une autre vague de francophones s'établit dans le quartier au début de la Seconde Guerre mondiale, attirée surtout par les emplois. Le district français était une communauté forte et vivante qui protégeait la culture canadienne-française et encourageait l'utilisation du français. C'est dans les années 1960 que le quartier compta le plus grand nombre d'habitants, mais la majorité des francophones de Welland continua d'y résider jusqu'à la fin des années 1980. L'influence profonde de la culture et du patrimoine canadiens-français de la petite et dynamique communauté francophone continue de se faire sentir à Welland.

Le 24 juin 2014, à l'occasion de la Saint-Jean-Baptiste, qui célèbre la culture québécoise, la Ville de Welland a hissé le drapeau franco-ontarien sur un nouveau mât à la place municipale de Welland. Ce drapeau, officiellement reconnu par le gouvernement comme l'emblème de la communauté francophone de l'Ontario en 2001, y flotte de façon permanente depuis. Le 25 septembre de la même année, la Journée franco-ontarienne était célébrée avec une levée du drapeau à l'hôtel de ville de Welland, cérémonie qui a maintenant lieu tous les ans à pareille date.

Faites découvrir cette ville à vos connaissances