Retour à la liste des villes

Saint-Jacques

Canada

Considérée comme le berceau acadien de la région de Lanaudière, la municipalité de Saint-Jacques garde ses racines bien vivantes.

En un coup d'oeil

Ville Saint-Jacques
Province Québec
Pays Canada
Population 4 100
Date de fondation 1774
Maire Pierre La Salle
Site de la ville st-jacques.org

Saint-Jacques a été fondé en 1774 par une trentaine de familles acadiennes arrivées à la suite de la Déportation. En hommage à leur patrie d’origine, la municipalité portait alors le nom de Saint-Jacques-de-la-Nouvelle-Acadie.

L’érection canonique de la paroisse a eu lieu en 1831. Dans les années suivantes, la ville porta successivement les noms de Saint-Jacques-de-Saint-Sulpice puis de Saint-Jacques-de-l’Achigan, pour finalement adopter le simple nom de Saint-Jacques.

Plus ancienne municipalité de la MRC de Montcalm, comptant aujourd’hui plus de 4 100 Jacobins et Jacobines, Saint-Jacques est avant tout une municipalité agricole. Si la culture du tabac a longtemps été un de ses moteurs économiques, elle a été remplacée par la culture maraîchère et la culture céréalière. Plusieurs grandes industries y sont florissantes et plusieurs commerces y ont pignon sur rue.

Autrefois desservie par le chemin de fer, la municipalité se trouve à la jonction de deux routes principales, la 158 et la 341.

Fort d’une histoire agricole toujours présente, d’une histoire industrielle en développement, d’un passé riche, Saint-Jacques est un milieu de vie agréable et serein. Son patrimoine bâti de grande qualité s’avère une richesse collective d’importance.

Histoire francophone

La Déportation de 1755 disperse comme feuilles d’automne aux quatre coins de la nouvelle Amérique des centaines de familles, des rives du Saint-Laurent jusqu’à la lointaine Louisiane, en passant par la Nouvelle-Angleterre.

Propriétaires d’une importante seigneurie sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent, les prêtres de Saint-Sulpice y accueilleront dès 1766 un groupe d’Acadiens exilés venant de la Nouvelle-Angleterre. Ceux-ci viendront fonder Saint-Jacques, Saint-Alexis, Saint-Liguori, Sainte-Marie-Salomé, une partie de Sainte-Julienne et de Crabtree, et plus tard Saint-Alphonse, Saint-Côme et Chertsey. Ils commenceront par s’établir sur les bords de l’Assomption et de l’Achigan, comme colons, engagés de ferme ou petits fermiers à bail. L’accueil du curé Jacques DeGeay et l’hospitalité sans pareille de ses ouailles ranimeront en eux l’espoir de refaire leur vie.

C’est en 1772 qu’on commence à appeler « Nouvelle-Acadie » ce territoire en voie de défrichement, qui fait partie de Saint-Pierre-du-Portage, ou L’Assomption. Pour témoigner leur gratitude au curé de L’Assomption, Jacques Degeay, si bon et généreux, les premiers arrivants immortalisent sa mémoire en nommant leur nouvelle paroisse Saint-Jacques; en souvenir de leur ancienne patrie, ils ajoutent « de la Nouvelle-Acadie ».

Considérée à juste titre comme le berceau acadien de la région de Lanaudière, la municipalité a toujours entretenu de solides liens avec les autres communautés acadiennes. Un jumelage a par exemple déjà été réalisé avec la ville de Houma, en Louisiane. Saint-Jacques est aussi présent sur la scène internationale par son jumelage avec la commune de Vergt, dans le Périgord, en France.

Faites découvrir cette ville à vos connaissances