Retour à la liste des villes

Edmonton

Canada

Edmonton est actuellement l’une des grandes villes les plus jeunes au Canada, avec 40 % de sa population âgée de 20 à 44 ans.

En un coup d'oeil

Ville Edmonton
Province Alberta
Pays Canada
Population 899 447
Date de fondation 1904
Maire Don Iveson
Site touristique exploreedmonton.com
Site de la ville edmonton.ca

Edmonton est une ville dynamique et fascinante située sur les rives de la rivière Saskatchewan Nord, à l’intérieur des terres ancestrales des Premières nations du territoire visé par le Traité no 6 et à l’intérieur du pays d’origine de la nation métisse. Nous reconnaissons les peuples autochtones qui ont foulé et marqué ces terres pendant des siècles, comme les Cris, les Nakota Sioux, les Dénés, les Saulteaux, les Pieds-Noirs et les Métis. Nous reconnaissons également qu’Edmonton abrite l’une des populations inuits parmi les plus nombreuses au sud du 60e parallèle.

Communément appelée la « Porte du Nord », Edmonton est la capitale de l’Alberta ainsi qu’un centre culturel, gouvernemental et éducatif. L’économie d’Edmonton dépend de sa richesse en ressources naturelles et des relations entre les peuples autochtones, les Canadiens d’expression française et d’expression anglaise, ainsi que les nouveaux arrivants, qui apportent leurs traditions collectives et spirituelles pour le bénéfice et la prospérité de toute la collectivité. Edmonton est la source principale d’approvisionnement et de services d’un vaste territoire qui s’étend du centre de l’Alberta jusqu’à l’océan Arctique. L’agriculture, la production énergétique, l’industrie forestière et, dernièrement, l’extraction du diamant dans les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut, représentent quelques-unes des ressources naturelles clés sur lesquelles s’appuient le commerce et les services d’Edmonton. Dans les dernières décennies, l’activité économique d’Edmonton s’est diversifiée grâce aux avancements dans les milieux des technologies, de la santé et des industries fondées sur le savoir qui fournissent leur expertise partout en Amérique du Nord et dans le monde entier.

Edmonton est la ville située à l’extrême nord de l’Amérique du Nord et, si on tient compte de ses régions métropolitaines, sa population dépasse les 1,3 million de personnes.

Selon le recensement municipal de 2016, 2,58 % des répondants identifient leur langue maternelle comme étant le français.

Le joyau d’Edmonton est sa vallée fluviale, qui se veut la plus longue étendue de parcs urbains en Amérique du Nord, dont la superficie est 22 fois celle du Central Park de New York et 8 fois celle du Stanley Park à Vancouver.

Edmonton est la ville du West Edmonton Mall, qui abrite le plus grand parc d’attractions couvert du monde, le plus grand lac intérieur, la plus grande piscine à vagues intérieure ainsi que la plus grande tyrolienne permanente intérieure. L’Alberta n’a aucune taxe de vente provinciale, faisant d'elle l’un des meilleurs endroits au Canada où faire des courses.

Le parc Fort Edmonton est le plus grand parc canadien d’histoire, retraçant la croissance et le développement d’Edmonton et des environs au fil de quatre périodes passées.

Avec ses 325 jours d’ensoleillement chaque année, Edmonton est l’une des villes canadiennes les plus ensoleillées. En juin, Edmonton jouit de plus de 17 heures de clarté par jour.

Edmonton est actuellement l’une des grandes villes les plus jeunes au Canada, avec 40 % de sa population âgée de 20 à 44 ans.

Edmonton se démarque en tant que pivot des arts et de la culture grâce à plus de 30 festivals se déroulant tout au long de l’année et à plus de 172 attractions qui ont élu domicile à Edmonton.

Le parc national Elk Island attire les amateurs de plein air. Situé à 30 minutes à l’est d’Edmonton, le parc est l’habitat comptant le plus grand nombre d’ongulés par kilomètre carré.

Edmonton est reconnue pour ses infrastructures : le nouveau pont Walterdale, le pont High Level et ses lumières, la silhouette grandissante du centre-ville, le Rogers Place, le merveilleux ᐄᓃᐤ (ÎNÎW) River Lot 11∞ Indigenous Art Park (mettant en valeur l’art autochtone), le tout nouveau parc Paul Kane, ses centres récréatifs, et bon nombre de structures uniques au sein de la vallée fluviale permettant de vivre une variété d'expériences.

Toutefois, au cœur de l’histoire d’Edmonton se trouve sa population. Edmonton est un endroit jeune, dynamique, accueillant, à l’esprit d’entreprise et de bénévolat, où les gens se connaissent, s'occupent les uns des autres et, ensemble, se donnent une vie à leur image. Cet esprit n'échappe pas aux visiteurs.

Notre histoire

En 1795, Fort Edmonton (d’abord appelé Fort des Prairies) est tenu par un important contingent de Canadiens d’expression française et de Métis. (Sources : Barkwell et Morice).

Un fort construit pour le commerce des fourrures.

En 1846, la Compagnie de la Baie d’Hudson détient un monopole sur la traite des fourrures dans l’Ouest canadien. Des francophones prennent part à la traite dès le début, en établissant des liens entre les Européens et les peuples autochtones.

La méthode de construction poteaux-sur-sole est une technique de construction traditionnelle utilisée par les Franco-Canadiens. Lorsque la traite des fourrures progresse vers l’Ouest, cette technique suit également. Le procédé consiste à insérer, au moyen de mortaises, des montants équarris dans de grosses pièces de bois équarries, qui forment une plate-forme ou une sole. Les murs sont construits en plaçant des pièces de bois équarries à l’horizontal dans des rainures pratiquées dans les montants. De la paille ou du gazon est ensuite mis entre les pièces de bois horizontales en guise d’isolation. Cette méthode s'appelle colmatage. Elle est utilisée pour construire l’Edmonton House en 1795, et aussi pour la reconstruction du fort.

En 1885, la traite des fourrures diminue et n’est plus la principale raison d’être d’Edmonton. Des améliorations en matière de transport permettent de réduire l’isolement de la ville, qui devient une colonie d’environ 400 habitants. Des occasions d’obtenir des lots de colonisation amènent de nombreux Franco-Canadiens dans l’Ouest, tandis que des recrutements en Europe et aux États-Unis encouragent d’autres francophones à s’installer dans la région d’Edmonton.

Edmonton a toujours été au centre de la culture francophone en Alberta. Avant 1885, la majorité des Edmontoniens se décrivent comme étant de descendance française ou française-métisse, et en 1894, une filiale de la Société Saint-Jean-Baptiste du Québec, le principal organisme patriotique franco-canadien, voit le jour à Edmonton. Le clergé, les hommes d’affaires et les professionnels d’expression française font partie des premiers notables d’Edmonton. La publication de L’Ouest canadien, un hebdomadaire de langue française, débute en 1898; il sera le premier de plusieurs journaux francophones de la région.

Le nom des endroits en Alberta comme Saint-Albert et Saint-Paul révèle l’impact des paroisses catholiques françaises partout dans la province. Certains leaders métis désirent voir des missionnaires catholiques de langue française venir s’établir avec eux, y compris le père Lacombe, l’évêque Grandin et le père Morin, qui fondent Morinville et Beaumont. En 1861, le père Albert Lacombe construit une petite chapelle, fondant ainsi Saint-Albert. La chapelle du père Lacombe existe toujours aujourd’hui. Elle est le plus vieil édifice de l’Alberta.

En 1905, Edmonton est une capitale en plein essor. L’électricité, l’eau courante et le chauffage central deviennent des commodités courantes. Des partenaires commerciaux de renom, comme Joseph Gariépy et Prosper-Edmond Lessard, sont francophones. Né à L’Assomption, Québec, M. Gariépy déménage à Edmonton et ouvre un magasin général. À la fin des années 1890, M. Lessard se dirige vers le Klondike pour y faire fortune lors de la ruée vers l’or; il s’arrête alors à Edmonton et accepte un poste avec M. Gariépy, un personnage désormais important de la communauté francophone d’Edmonton. M. Lessard, élu député territorial de Saint-Paul, aide également à mettre sur pied l’hebdomadaire francophone d’Edmonton, Le courrier de l’Ouest. MM. Gariépy et Lessard contribuent de façon importante aux communautés francophones de l’Alberta, faisant fortune grâce à l’Hôtel Windsor/Hôtel Selkirk. Construit en 1903, l’Hôtel Windsor est considéré comme l’un des plus luxueux de l’époque. S’appropriant pleinement le concept de « luxe », son menu de 1910 est presque entièrement en français. Le menu comprend : Paté de Foie Gras, Pomme de Terre Duchesse, Bisque de Cruelies.

Joseph Henri Picard est une figure marquante à Edmonton et très engagé dans le domaine de l’éducation. Il devient le premier président du nouveau (1912) système scolaire catholique d’Edmonton, un poste qu’il conservera pendant plusieurs années.

LaFlèche Bros Custom Tailoring est fondée en 1896, lorsque les frères québécois Tripoli et Joseph LaFlèche empruntent 600 $ pour installer leur magasin sur l’avenue Whyte. Ils ont du succès dans le marché des complets sur mesure pendant la Première Guerre mondiale et, en 1921, la compagnie vaut entre 10 000 $ et 20 000 $. Au fils des ans, la compagnie produit des centaines de milliers de complets, de vêtements et de costumes faits sur mesure. La compagnie fabrique des uniformes pour les policiers, les pompiers et les soldats de la base des Forces canadiennes d’Edmonton; elle fabrique également tous les uniformes des chauffeurs d’autobus Greyhound à partir des années 1930. Les frères LaFlèche fournissent des vêtements de haute qualité aux premiers ministres, aux membres de la royauté et à des milliers de loyaux clients avant de fermer en mai 2007, après 101 années d’exploitation.

Marie-Anne Gaboury, la grand-mère de Louis Riel, vit pendant un certain temps à Fort Edmonton. Les premières compagnies d'Edmonton et de Strathcona sont fondées par plusieurs entrepreneurs francophones – Edmond Lessard, Joseph Gariépy, Joseph « Frank » Pollard, Joseph Boulanger – qui siègent au sein des conseils communautaires, des commissions du commerce et des commissions scolaires de ces villes.

Il existe deux quartiers francophones historiques et un quartier francophone moderne à Edmonton : le quartier Oliver, les 95e et 96e rues Est du centre-ville et le quartier Bonnie Doon (la Cité).

La communauté francophone est desservie par des églises d’expression française, parmi lesquelles on retrouve aujourd'hui Saint-Joachim, Immaculée-Conception et Sainte-Anne.

Il se forme un bataillon francophone à Edmonton durant la Première Guerre mondiale (provenant des régions avoisinantes comme Saint-Albert et Morinville).

La station radiophonique francophone CHFA débute en 1949 et produit encore aujourd’hui du contenu francophone pour la CBC.

Campus Saint-Jean

Le Campus Saint-Jean est le seul endroit offrant des diplômes universitaires en français à l’ouest du Manitoba. L’école Saint-Jean est fondée à Pincher Creek en 1908 par un prêtre oblat en tant que juniorat, un endroit pour former des jeunes gens à la vie sacerdotale et religieuse au sein des Oblats. Trois années plus tard, l’école déménage à l’endroit où elle se trouve actuellement, surplombant le ravin Milk Creek d’Edmonton, six kilomètres à l’est du campus principal de la University of Alberta. Dans les années 1960 et 1970, le Collège Saint-Jean se lie de plus en plus à la University of Alberta, et en 1976, les Oblats la vendent officiellement à l’université. En 1977, le Collège change son nom, qui devient la Faculté Saint-Jean, et elle devient une faculté à part entière de la University of Alberta. En octobre 2005, la Faculté Saint-Jean est renommée le Campus Saint-Jean.

Le Campus Saint-Jean continue d’offrir des études universitaires en français. Le Campus est situé sur la rue Marie-Anne Gaboury (91e rue) au cœur du quartier francophone d’Edmonton. La langue utilisée sur le Campus est le français, et les étudiants peuvent participer aux événements culturels de la communauté francophone de la ville. Une faculté à part entière de la University of Alberta, le Campus Saint-Jean est un établissement d’enseignement supérieur canadien formant des futurs leaders du XXIe siècle et les préparant à jouer un rôle de premier plan au sein du village planétaire. Le Campus offre un enseignement riche et varié, mettant l’accent sur le développement général des personnes, et réalise de nombreux projets de recherche dans différents domaines de compétence, y compris les arts, les sciences, les sciences sociales et l’enseignement.

Avec ses neuf programmes de premier cycle et ses deux programmes de maîtrise, le Campus offre ce qu’il y a de mieux à la University of Alberta … en français!

En plus d’être très actif à l’échelle locale, le Campus joue un rôle plus en plus actif sur la scène nationale et internationale. Les étudiants du Campus Saint-Jean proviennent de plus de 30 pays dans le monde, faisant d'elle une faculté nettement cosmopolite. Aujourd’hui, le Campus n’est plus seulement une simple institution franco-albertaine, mais bien une institution de la francophonie canadienne et internationale.

Quartier francophone d’Edmonton

Le quartier francophone d’Edmonton est situé au cœur du district francophone de la ville, à la jonction de la 86e avenue et de la rue Marie-Anne Gaboury (91e rue), à proximité du centre commercial Bonnie Doon et des merveilleux espaces verts conçus pour les familles. Couvrant plusieurs îlots urbains dans chaque direction, les Edmontoniens se rassemblent ici pour travailler, s’amuser, faire des courses, manger, boire et célébrer « la joie de vivre » de la culture française de la ville.

En plus du marché d’agriculteurs très animé qui se tient de midi à 17 h les dimanches, le quartier français est l’hôte de nombreux événements spéciaux, y compris la Cité en Lumières et le festival du Canoë Volant. Cet espace unique héberge une variété d’entreprises locales, y compris des pubs, des restaurants, des boutiques, des salons et bien plus encore. Un fort sentiment de communauté et de fierté par rapport au patrimoine francophone d'Edmonton se dégage de la région.

Les renseignements historiques sont fournis par : le parc Fort Edmonton, les archives de la ville d’Edmonton, Kate Lemay, Nicki D'Angelo, Katherine Fraser et la Société historique francophone de l'Alberta.

Faites découvrir cette ville à vos connaissances