Retour à la liste des villes

Calgary

Canada

Plongez dans l’énergie de Calgary! Première ville en importance en Alberta, Calgary est une métropole cosmopolite fière de son modernisme et de ses racines.

En un coup d'oeil

Ville Calgary
Province Alberta
Pays Canada
Population 1 237 656
Fondateurs James Mcleod
Date de fondation 1876
Maire Naheed Nenshi
Site touristique visitcalgary.com
Site de la ville calgary.ca

Le profil urbain de la ville de Calgary dégage une silhouette invitante qui se reconnaît de loin. Telle une sentinelle moderne et élégante, Calgary signale la fin des grandes prairies et le commencement des piémonts. C’est une ville photogénique qui utilise à son avantage la forme des Rocheuses en toile de fond, l’éclat des eaux scintillantes de ses rivières et l’immense ciel aux couleurs variées. Elle se démarque par ses impressionnants gratte-ciel délimitant son quartier financier et par les méandres de la rivière Bow et de la rivière Elbow, traçant une configuration agréable de vallées et de promontoires dont jouissent les quartiers composant la ville.

Calgary est une excellente porte d’entrée pour se rendre au parc national de Banff, à environ 100 km vers l’ouest. Elle est également située à moins de 150 km, direction est, du fameux Royal Tyrrell Museum de Drumheller. Elle n’est guère à plus de 250 km, direction plein sud, de l’entrée du spectaculaire parc national de Waterton, qui partage ses limites avec le parc national américain de Glacier. Une distance de moins de 300 km sépare Calgary d’Edmonton, la capitale de la province, en direction du nord.

Fière de la diversité de son patrimoine, Calgary évoque à la fois une ville western, une ville olympique, une ville cosmopolite et une métropole de statut international. Sa croissance fulgurante a été motivée par les vagues consécutives de boom économique suscitées par l’élevage du bétail, par l’arrivée du chemin de fer, par l’exploitation pétrolière et par une saine diversité économique. Aujourd’hui, Calgary est un centre urbain de plus de 1 200 000 habitants qui jouissent des services d’une ville moderne dotée d’infrastructures routières, ferroviaires et aériennes enviables.

Calgary sait séduire touristes et résidents grâce à sa longue liste de lieux d’intérêt, y compris ses musées, ses parcs historiques, ses galeries d’art, ses salles de spectacles, ses complexes sportifs, ses sites patrimoniaux, notamment ceux commémorant les Jeux olympiques d’hiver de 1988, etc. L’identité multiculturelle des Calgariens se devine par les murales et diverses œuvres d’art public qui surprennent le visiteur en quête de découvertes. On n’a qu’à penser aux 800 kilomètres de sentiers pour marcher, courir ou faire du vélo et l’on comprend l’ampleur des possibilités récréatives de la ville. Ses parcs urbains permettent également de s’adonner à de nombreux sports aquatiques qui se pratiquent sur les rivières et sur les plans d’eau.

Les amateurs de sports et de loisirs sont choyés; mentionnons les nombreux terrains de golf disponibles, la pêche à la ligne sur la rivière Bow, les concours hippiques de Spruce Meadows, les matchs de hockey des Flames de Calgary (NHL), au Pengrowth Saddledome, les matchs de football des Stampeders de Calgary (LCF), sans oublier les évènements sportifs de Winsport (Canada Olympic Park).

Le formidable Stampede de Calgary invite résidents et visiteurs à enfiler leur jean, leur chapeau et leurs bottes de cowboy pour célébrer le plus grand spectacle en plein air au monde. La parade d’ouverture en plein centre de la ville donne le coup d’envoi à cette fête enivrante. Grâce à son Stampede, Calgary nous fait vivre l’excitation et la fièvre des rodéos, des courses en chariot, de la foire agricole et des représentants des Premières Nations. La liste des évènements culturels est riche de festivals annuels, tels que le Folk Music Festival, le GlobalFest, Carifest et le Maple Festival des sucres, ainsi que de nombreux spectacles et performances des arts de la scène.

La richesse gastronomique de la ville se traduit par une variété de restaurants renommés ainsi que l’apport de cuisines étrangères qui plairont à tous. Sans oublier les quartiers de magasinage et les centres d’achats, où se retrouvent les grands magasins internationaux ainsi que les produits locaux.

Venez découvrir l’atmosphère détendue de la ville qui fait la fierté des Calgariens et faites vous-même l’expérience de leur amicale hospitalité.


Histoire francophone

Calgary se situe sur l’ancien territoire de la Nation des Pieds-Noirs. Ce peuple chasseur au style de vie nomade suit les déplacements des troupeaux de bisons sur les vastes étendues des prairies de l’Ouest canadien et américain.

Parmi les premiers Européens à s’aventurer en Alberta, on retrouve des voyageurs et des interprètes francophones. Ceux-ci travaillent pour les deux principales compagnies de traite des fourrures, soit la Compagnie de la Baie d’Hudson et la Compagnie du Nord-Ouest. Les forts de ces deux compagnies rivales sont construits au centre et au nord de la province, le long des rivières les plus propices au transport.

C’est la présence des bisons au sud de l’Alberta qui attire les chasseurs des États-Unis, suivis de près par les trafiquants de whisky. Cela alarme autant les autorités du gouvernement fédéral que les autorités du clergé. Éphrem A. Brisebois, un francophone bilingue catholique, est alors mandaté par le premier ministre, Sir John Alexander Macdonald, à titre d’officier de la Police à cheval du Nord-Ouest, afin qu’il fasse respecter la loi dans l’Ouest. Pendant l’été de 1875, il se charge de la construction du fort Brisebois, à l’emplacement de Calgary. Plus tard, ce fort est rebaptisé « fort Calgary » lorsque le colonel James Macleod, un Écossais qui affectionne un lieu nommé « Calgary », situé sur l’île de Mull, en Écosse, est nommé magistrat des Territoires du Nord-Ouest. Aujourd’hui, Fort Calgary est un centre d’interprétation qui raconte l’histoire de Calgary, entre 1875 et 1914.

La vision du clergé catholique et francophone pour l’Ouest canadien est portée par l’évêque Grandin ainsi que les pères oblats Lacombe, Leduc et Doucet. Préoccupés par les besoins des paroissiens catholiques et désirant évangéliser les membres des Premières Nations, ils construisent la mission Notre-Dame-de-la-Paix, juste à l’ouest de Calgary, en 1889. Suivent les sœurs infirmières de l’ordre des Sœurs grises, qui arrivent de Montréal pour fonder le premier hôpital de Calgary. Ces quatre braves sœurs francophones travaillent sans relâche et l’hôpital Sainte-Croix, qui est plus tard nommé Holy Cross, ouvre ses portes en 1892. Afin de répondre aux besoins en personnel qualifié, les sœurs ouvrent, en 1907, la première école pour les infirmières à Calgary.

D’abord gérant à l’emploi de la scierie Eau Claire and Bow River Lumber Company, Pierre Antoine Prince arrive à Calgary en 1886. Homme d’affaires avisé, il fonde, trois ans plus tard, la première compagnie d’électricité alimentant la ville de Calgary. Le parc urbain, Prince’s Island, et le quartier Eau Claire, situé en plein cœur de la ville, portent les noms commémorant cette figure historique qui a contribué à la croissance de la ville.

À la même époque, deux frères francophones arrivent à Calgary et s’investissent dans le développement d’une communauté francophone catholique. Charles Rouleau, juge et militant pour l’éducation en français, ainsi que son frère Édouard, médecin en chef pour l’hôpital Sainte-Croix, contribuent grandement au développement du village de Rouleauville, qui sera le véritable berceau de la communauté francophone de la ville. Sa population se compose alors de Métis interprètes, de cheminots et de commerçants. Rouleauville fusionne avec la ville de Calgary en 1907. Aujourd’hui, Rouleauville Square constitue un parc urbain de valorisation patrimoniale présentant des panneaux d’information bilingues sur l’histoire du quartier francophone. Un guide pédestre permet de se balader dans les anciennes rues jalonnées de bâtiments et de plaques commémoratives, témoins d’une autre époque.

Sous la pression des nouveaux arrivants anglophones, les francophones catholiques de Calgary deviennent minoritaires. Ils s’organisent et fondent un grand nombre d’organisations. Parmi elles, notons la Société Saint-Jean-Baptiste, qui devint la Société Franco-Canadienne de Calgary.

L’Association canadienne française de l’Alberta (ACFA) estime à plus de 82 000 le nombre de personnes pouvant parler, vivre et travailler en français à Calgary, dont plusieurs sont venues des quatre coins du pays et de partout à travers le monde. Le Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA), les établissements scolaires de la Conseil scolaire Franco-Sud et les nombreux programmes d’immersion française témoignent de la présence d’une communauté francophone et francophile solide et vibrante.

Désireuse de favoriser un rapprochement culturel entre l’est et l’ouest du Canada, la Ville de Calgary signe, en 1956, une entente de jumelage avec la Ville de Québec. Depuis, chaque année, une délégation du Québec se déplace au Stampede de Calgary et, réciproquement, les représentants de Calgary participent au Carnaval de Québec.

Faites découvrir cette ville à vos connaissances