Retour à la liste des villes

Paroisse des Avoyelles

Louisiane (États-Unis)

La paroisse des Avoyelles, au centre de la Louisiane, tire son nom des Amérindiens avoyels qui vivaient dans la région.

En un coup d'oeil

Ville Paroisse des Avoyelles
État Louisiane
Pays États-Unis
Population 40 000
Fondateur Amérindiens des Avoyelles
Date de fondation 1807
Maire Charles Jones
Site touristique travelavoyelles.com

Les Avoyels ont plus tard été absorbés dans la tribu des Tunica-Biloxi. Dans les temps préhistoriques, les Amérindiens vivaient sur le site de la paroisse, comme on peut le constater au musée et parc préhistorique de Marksville.

Entre 1725 et 1770, pendant l’occupation française, les premiers pionniers et colons venant des paroisses de Pointe Coupée et de Natchitoches et des régions environnantes commencent à s’installer dans la région. Les Espagnols contrôlent la Louisiane de 1762 à 1800 et fondent le « Poste de la Avoyelles » en 1783 à Marksville afin de gérer les affaires gouvernementales. La Louisiane devient un État en 1803 après son achat de la France.

Les anciens sentiers amérindiens ont précédés de nombreuses routes aux Avoyelles. Les premiers colons blancs ont vécu près de ce qui est aujourd’hui le lac Pearl puis à Hydropolis, qui est devenue Cocoville. La région de Mansura était autrefois connue sous le nom « Prairie des Avoyelles ».

La paroisse est principalement colonisée par des descendants d’immigrants venus de France aux 18e et 19e siècles qui ont apporté avec eux le français parisien standard de 1850. Une autre vague d’immigrants français aux Avoyelles venaient de l’actuelle province de Québec, au Canada, et nous pouvons encore suivre leurs descendants. Ils ont apporté un autre dialecte français encore parlé de nos jours et utilisé dans les conversations françaises par les résidents des Avoyelles.

Le début des années 1800 voit l’arrivée d’Américains parlant anglais dans le bayou Bœuf, la boucle du bayou des Glaises, la région d’Evergreen et Ward 1 Effie. L’influence française est toutefois notée dans la plupart des secteurs. La paroisse des Avoyelles est établie lors de la deuxième session de la première législature du territoire d’Orléans par la loi du 31 mars 1807. Elle est une des 19 premières subdivisions de ce qui deviendra l’État de la Louisiane, qui compte maintenant 64 paroisses.

Pendant la Guerre civile, Avoyelles a connu des opérations militaires comme le témoignent le Fort DeRussy (Marksville), la bataille de Mansura et la bataille de Yellow Bayou (Simmesport).
Les résidents de la paroisse des Avoyelles ont traditionnellement vécu des vies tranquilles sur de petites fermes. La religion catholique est prédominante.

Des plantations de coton datant d’avant et d’après la Guerre civile sont établies le long de la boucle du bayou des Glaises. Les grandes plantations de la région de Bunkie cultivaient aussi la canne à sucre.

La paroisse est géographiquement située au centre de l’État et compte aujourd’hui une population d’environ 40 000 personnes. Sa superficie est de 2 238 m2. Les terres cultivées et les pâturages représentent 52 % de la superficie et les terrains boisés, 34 %.

Histoire francophone

La paroisse des Avoyelles, qui comprend neuf municipalités et la réserve amérindienne des Tunica-Biloxi, est officiellement établie en 1790. La paroisse est d’abord habitée par des Amérindiens avoyels. Entre les années 1725 et 1770, les Français arrivent aux Avoyelles depuis la France par les paroisses de Pointe Coupée et de Natchitoches. Avoyelles est la seizième paroisse établie en Louisiane en 1807.

Gouvernement de la Louisiane, juin 2013

La paroisse des Avoyelles est l’une des quatre paroisses désignées par l’État de la Louisiane en tant que paroisses créoles françaises, au lieu d’une paroisse cajun. Elles font toutes parties du triangle cadien de la Louisiane. Les premiers pionniers français des Avoyelles sont des descendants des colons d’origine française venus en Louisiane dans les années 1720, avant l’arrivée des Acadiens dans les paroisses du sud en 1764. Les résidents des Avoyelles se considéraient de purs Créoles français pendant le 19e siècle, mais avec le temps, l’identité s’est quelque peu perdue. Aujourd’hui, de nombreux résidents des Avoyelles croient à tort qu’ils sont Cajuns. Ils sont cependant des descendants de ces Créoles français.

John LaFleur de Ville Platte a mené les efforts pour redésigner les paroisses des Avoyelles, de Pointe Coupée, d’Évangeline et de Saint-Landry avec la distinction créole. Le sénateur Eric LeFleur a introduit une loi qui a été adoptée pendant la session 2013 du gouvernement de la Louisiane.

Bon nombre de régions rurales sont nommées d’après des familles françaises qui se sont établies ici. Par exemple, Bordelonville, Goudeau, Plaucheville et Moreauville.

La ville la plus ancienne, Mansura, est établie en 1790 et incorporée en 1860. Connue comme la capitale mondiale du cochon de lait, pour ses célébrations annuelles, la ville accueille la structure la plus ancienne de la paroisse des Avoyelles, soit la maison Desfosse, construite dans les années 1790. Bon nombre de restaurants servent des plats d’inspiration française et peuvent mener des affaires en français. Mansura a accueilli de nombreux groupes francophones et est jumelée avec quelques villes européennes.

Hessmer, le « pays de la patate douce » situé dans le cœur de la paroisse des Avoyelles, a la plus grande population francophone de toutes les municipalités. On estime que 75 % de la population de Hessmer parle français.

Marksville, le siège de la paroisse, est établie en 1809 et est nommée d’après un immigrant qui passait dans la région lorsque la roue de son chariot s’est brisée. Pendant qu’il attendait que la roue soit réparée, on raconte qu’il est tombé sous le charme de la région et qu’il a décidé d’y rester. Portant d’abord le nom de « Marc's Town », la municipalité est incorporée en 1843, puis renommée Marksville. Le palais de justice de la paroisse est le centre de nombreux événements culturels aux Avoyelles. L’architecture française est en évidence dans le district commercial historique, inscrit au registre national des propriétés historiques avec d’autres lieux historiques dans la ville dont le célèbre sentier Northup, où Solomon Northup fut libéré en janvier 1853 au palais de justice, comme le montre le film Esclave pendant douze ans.

Autres municipalités de la paroisse des Avoyelles :
Bunkie, établie en 1882, incorporée en 1885
Cottonport, établie en 1808, incorporée en 1888
Evergreen, établie en 1830, incorporée en 1872
Plaucheville, établie en 1840, incorporée en 1903
Moreauville, établie en 1830, incorporée en 1904
Simmesport, établie en 1830, incorporée en 1925
Réserve des Tunica-Biloxi, établie en 1790

Quelques coutumes françaises :

  • Boucheries, organisées annuellement à Bordelonville
  • Fais do-do, organisé annuellement à Bunkie. Bruce Daigrepont et son groupe ont récemment participé au Fais do-do familial à Bordelonville
  • Célébrations du 14 juillet à Marksville
  • Plusieurs lieux historiques sont anglais et français

Nouvelles initiatives pour préserver l’héritage français et sensibiliser la population :

  • Leçons de conversation française à la bibliothèque publique des Avoyelles
  • Présentation de films français au cinéma communautaire local
  • Ajout de français dans le nom de festivals. Par exemple : Fête de Rouge, Blanc et Bleu!

Le bureau du tourisme des Avoyelles travaille avec le Conseil pour le développement du français en Louisiane (CODOFIL) pour poursuivre la sensibilisation à l’héritage français, à ses coutumes et à sa langue, particulièrement auprès des jeunes. Une personne de Gaspé, au Canada, a participé à un stage au printemps 2016. Pendant ce stage, nous avons produit une visite sans guide du Spring Bayou, une réserve d’espèces sauvages de l’État de la Louisiane de plus de 12 000 acres. Les bulletins qui suivent sont offerts en français aux touristes et sont utilisés dans nos écoles.

  • Maison Hypolite Bordelon
  • Paroisse des Avoyelles, Guide d’excursion
  • Musée et centre culturel de Cottonport
  • Bienvenue au Spring Bayou
  • Festivals aux Avoyelles
  • Musées
  • Épicerie Adam Ponthieu, 1927
  • Bureau de poste Big Bend, 1847
  • Vieux pont de fer Sarto
  • Visite à pied du quartier des affaires de Marksville

Le directeur du bureau du tourisme des Avoyelles est bilingue. La directrice adjointe comprend le français, mais a un vocabulaire limité.
Le curriculum de l’école publique sous charte des Avoyelles comprend du français offert de la maternelle à la douzième année.

Festivals annuels :
  • Mardi Gras aux Avoyelles
  • Concours de pâquage (egg tapping)
  • Festival du cochon de lait
  • Pow-wow des Tunica-Biloxi
  • Festival du maïs de la Louisiane
  • Festival d’arts et de musique des Avoyelles
  • Célébrations du 4 juillet
  • Festival de courtes-pointes
  • Noël dans le bayou

Centre de villégiature et casino Paragon

  • Casino appartenant et exploité par les Amérindiens tunika-biloxi de Louisiane.

En prime : (Choses que vous devez vivre, voir et faire!)

  • Sentier de randonnée des Tunica-Biloxi
  • Sentier d’interprétation de la faune Marc Dupuy
  • Parc récréatif Ben Routh
  • Parc commémoratif de la bataille de Yellow Bayou
  • Site historique Marksville
  • Musée de la gare de Bunkie
  • Exposition d’images historiques des Avoyelles
  • Fox Theatre of Performing Arts
  • Plus de 20 propriétés historiques inscrites au registre national
  • Parc aquatique et centre de villégiature Gator Grounds

Prévu :
Poursuivre la possibilité de jumelage de la MRC de Bellechasse au Québec (Canada) avec la paroisse des Avoyelles en Louisiane (États-Unis).

Faites découvrir cette ville à vos connaissances