Retour à la liste des villes

Abbeville

États-Unis

Avec près de 50 % de ses citoyens se déclarant d’origine cadienne, la municipalité louisianaise d’Abbeville est sans doute l’endroit le plus cadien sur la planète.

En un coup d'oeil

Ville Abbeville
État Louisiane
Pays États-Unis
Population 12 257
Fondateur Père Antoine Désiré Mégret
Date de fondation 1843
Maire Mark F. Piazza
Site touristique mostcajun.com
Site de la ville cityofabbeville.net

Petite ville de la Louisiane et siège de la paroisse de Vermilion, Abbeville est située à 240 km à l’ouest de La Nouvelle-Orléans et à 97 km au sud-ouest de Bâton-Rouge. Sa population était de 12 257 au recensement de 2010.

Abbeville était autrefois appelée La Chapelle. Le territoire qui allait devenir Abbeville a été acheté par le père fondateur Antoine Désiré Mégret, un missionnaire capucin, le 25 juillet 1843 pour la somme de 900 $. Deux théories existent concernant le nom de la ville. La plus répandue et largement acceptée prétend que Mégret a nommé la ville comme sa ville française d’origine. La seconde théorie, qui ne peut être écartée, affirme qu’il s’agit d’une combinaison d’Abbe, pour « abbé Mégret », et de ville; donc, la « ville de l’abbé ». La seconde théorie est soutenue par le fait que les résidents de la ville éponyme française prononcent « Abbville ». Par contre, en 1995, le frère Jean Desobry a découvert dans les archives du diocèse d’Amiens la preuve du lieu de naissance de Mégret. Un dossier contenait des informations indiquant qu’Antoine Jacques Désiré Mégret était né le 23 mai 1797 à Abbeville et qu’il allait devenir le fondateur d’Abbeville en Louisiane.

Les premiers habitants à peupler la ville étaient des descendants des Acadiens de Nouvelle-Écosse, arrivés dans la région entre 1766 et 1775. La ville a été incorporée en 1850. À l’époque, deux personnes vivaient sur le territoire : Joseph LeBlanc et son épouse Isabelle Broussard. Le père Mégret a converti leur ancienne maison en chapelle, qui a brûlé dans un incendie en 1854 et a été remplacée par l’église catholique Sainte-Marie-Madeleine, qui existe toujours.

Le père Mégret a modelé le plan de la ville sur le modèle d’un village provincial français. Sur une carte qu’il a dessinée en 1846, la ville avait une superficie de 38 à 40 acres. Elle était délimitée au nord par le boulevard Saint-Victor, au sud par le boulevard Lafayette, à l’est par la résidence des sœurs de la Charité et à l’ouest par le bayou Vermilion. La ville était alors appelée Abbville.

La rivière Vermilion traverse le centre-ville et de nombreux canaux sillonnent d’autres secteurs. Au centre-ville se trouve la place Madeleine, bordée par de grands chênes et agrémentée d’une fontaine, d’une gloriette et d’une statue à la mémoire du père Mégret.

Le commerce agricole constitue une part considérable de l’économie d’Abbeville, qui abrite une importante activité de transformation du riz, de la canne à sucre, de produits laitiers et de fruits de mer, en particulier l’écrevisse, l’alligator et le crabe. En plus du riz et de la canne à sucre, on y cultive le maïs, qui est vendu dans les environs. Les champs pétrolifères et de gaz naturel du golfe du Mexique emploient aussi beaucoup de gens de la région. Des produits chimiques et des biens de consommation courante sont fabriqués dans les manufactures d’Abbeville.

Histoire francophone

Abbeville est sans doute l’endroit le plus cadien sur la planète, car selon les données du recensement, près de 50 % de ses citoyens se déclarent d’origine cadienne. Datant des années 1800, les villes de la paroisse de Vermilion ont été une terre d’accueil pour de nombreux Acadiens après leur expulsion de la Nouvelle-Écosse. Le français cadien se parle encore dans les zones rurales de la paroisse et dans plusieurs de ses villes.

La renommée cuisine cajun est également un élément culturel d’importance. Cette cuisine épicée est faite à base d’ingrédients locaux comme les gombos, le riz, les pacanes, les fruits de mer et le gibier. Les nombreux restaurants de la paroisse lui font honneur, apprêtant notamment les fruits de mer frais qui abondent dans le golfe du Mexique, situé tout près.

L’hospitalité légendaire du Sud est bien vivante dans la région : on s’y sent comme chez soi. Les habitants de la paroisse composent un mélange multiculturel vibrant, macéré dans l’histoire et infusé d’une unique joie de vivre. Formant une part importante de la population de Vermilion, les Cadiens exercent une grande influence sur sa culture. Principalement catholiques, ils ont des valeurs familiales fortes et sont reconnus mondialement pour leur musique et leur cuisine.

Abbeville est jumelée à Abbeville en France, à Lasne en Belgique et à Tracadie-Sheila au Nouveau-Brunswick, avec lesquelles elle échange correspondance, culture et visites. La célébration annuelle de l’omelette géante rappelle l’héritage français de la municipalité et tisse des liens avec plusieurs pays francophones. La Confrérie d’Abbeville fait partie de la confrérie des villes qui célèbrent le Festival de l’omelette, soit Bessières et Fréjus en France, Dumbéa en Nouvelle-Calédonie, Granby au Québec, Malmedy en Belgique et Pigüé en Argentine. Chaque année, des représentants de chacune de ces villes assistent au festival et sont faits « chevaliers chefs » de la Confrérie d’Abbeville.

Dans la paroisse de Vermilion, un traditionnel « Courir de Mardi gras » se tient deux semaines avant le Mardi gras dans la ville de Gueydan. Les fêtards costumés parcourent la campagne en « quêtant » des ingrédients pour préparer le gombo communautaire. L’événement comprend également un défilé et de la musique cadienne dans l’après-midi. Le jour du Mardi gras, le Krewe de Chic-à-la-Pie organise un défilé familial au centre-ville de Kaplan.

Plusieurs événements et organismes de la paroisse de Vermilion continuent d’éduquer le public sur son héritage français et la culture cadienne et d’en faire la promotion. L’Association culturelle cadienne se rencontre une fois par mois afin de préserver et de promouvoir la culture cadienne et d’attirer les touristes dans la région de l’Acadiane. Un enseignant de français à la retraite offre des cours de français aux adultes une fois par semaine. La bibliothèque de la paroisse de Vermilion organise une table française toutes les deux semaines, le samedi matin. Plusieurs scènes de la paroisse réunissent des musiciens cadiens pour des séances d’improvisation les samedis après-midi. Les nombreux festivals et événements se célèbrent au son de la musique cadienne dans les parcs et restaurants du centre-ville. Plusieurs attractions ont du personnel qui parle français. L’office du tourisme de la paroisse de Vermilion a même fait traduire en français son site Web et ses documents promotionnels.

Faites découvrir cette ville à vos connaissances