Retour à la liste des chroniques

Chroniques francophones

La mémoire francophone au Musée du Travail et de la Culture de Woonsocket

La Nouvelle-Angleterre a été la terre d’accueil de près d’un million de Canadiens français. En 1920, 70 % de la population de Woonsocket, dans le comté de Providence au Rhode Island, était francophone. Elle s’enorgueillissait alors du titre de « la Ville la plus française aux États-Unis ». On dit que le centre-ville était un véritable « petit Canada ». Le Musée du Travail et de la Culture de Woonsocket raconte l’histoire fascinante et trop peu méconnue de ces « tisserands du pouvoir » contraints à survivre pour vivre avant d’aspirer au rêve américain au prix d’une assimilation rapide qui a tôt fait de marginaliser l’usage de la langue française. Le passé de ces immigrants francophones a façonné le paysage industriel de la ville.


Le musée, logé sur le site d’une ancienne manufacture, rend un hommage émouvant aux milliers de Canadiens français qui ont choisi de s’installer dans la région. La proposition muséale invite les visiteurs à débuter le parcours dans une ferme québécoise avant de traverser la frontière canado-américaine et nous plonger dans la vie d’ouvriers et immigrants francophones des « moulins » textiles de Woonsocket. Neuf expositions interactives bilingues permettent aux visiteurs de toucher au quotidien de ceux qui ont peuplé la région jusqu’à l’entre-deux-guerres et l’ont profondément marquée.

En plus de ses expositions permanentes, le Musée propose des activités ponctuelles comme le Ciné Québec où des films de cinéastes québécois sont à l’honneur, des conférences et des discussions. Le 24 juin, le Musée du Travail et de la Culture souligne la Fête de la Saint-Jean-Baptiste associée aux Canadiens français avec quelques festivités, incluant une dégustation très courue de poutine.

Même si l’anglais a repris ses droits dans la ville de Woonsocket, l’héritage francophone est encore bien visible. De nombreux noms de lieux, de rues et de commerces sont en langue française. Des sites exceptionnels tels l’église Sainte-Anne, devenue aujourd’hui un centre culturel, traduisent également l’influente présence canadienne-française dans cette ville et son rayonnement dans la région.

Woonsocket est membre du Réseau des villes francophones et francophiles d’Amérique.

Partagez cette chronique avec vos connaissances