Retour à la liste des chroniques

Chroniques francophones

Le chemin du roi au cœur du pays des Illinois


Le pont en arc à Maeystown est un vrai bijou

14 octobre 2016

La plupart des Québécois connaissent le Chemin du Roy qui fut complété en 1737 lorsque Louis XV était le roi de France pour relier les villes de Québec, Trois-Rivières et Montréal à des fins de développement économique.

En revanche, très peu de gens savent que le Chemin du Roi au Pays des Illinois a été construit par des Québécois pour relier les communautés francophones de Kaskaskia et Cahokia. Le chemin suit un sentier ancestral des Premières Nations qui était à l'origine une piste empruntée par les bisons. En 1725, l'usage fréquent du chemin a nécessité son élargissement pour accueillir les charrettes en bois typiques des prairies qui, de leur propre chef, demeurent un symbole culturel du patrimoine français. Les panneaux bruns de signalisation portent l'appellation Kaskaskia - Cahokia Trail en référence aux peuples autochtones et aussi quatre fleurs de lys blanches. Le Chemin du Roi s'étire sur 97 kilomètres (60 miles) dans ce qui était anciennement la Haute-Louisiane. Il est la première route de l'État d'Illinois et les « Faits français » affluent tout au long de cette terre d'abondance.

En 1698 quatre prêtres du Séminaire des Missions Étrangères (SME) de la ville de Québec sont arrivés à Cahokia, dont le père Jean-François Saint- Cosme (né à Lauzon, Québec). Ensemble, ils ont construit une église en bois rond dédiée à Sainte-Famille. Aujourd'hui, elle est au centre d'une des plus anciennes paroisses catholiques des États-Unis. À proximité se trouvent les tertres de Cahokia (un site du patrimoine mondial de l'UNESCO) où les vestiges d'une des plus grandes villes du monde peuvent être visités. Dans les années 1250, Cahokia était plus grande que Londres ou Paris en Europe.


Don du roi Louis XV à Kaskaskia, 11 ans avant Liberty Bell

Au printemps 1699, trois Jésuites francophones établirent l'église de l'Immaculée Conception autour de laquelle le village de Kaskaskia fut fondé en 1703. La cloche de bronze a été le don du roi Louis XV de France. Parmi eux se trouvait le père Jacques Gravier qui a compilé un dictionnaire Illinois-Français de 600 pages, lequel fut publié en 2002. Les remparts dépéris du Fort Kaskaskia surplombant le fleuve Mississippi sont à proximité. Il y a aussi la maison bien préservée en style colonial français de Pierre Ménard, un prospère négociant en fourrures venu de Saint-Antoine-sur-Richelieu, au Québec, qui a été le premier lieutenant-gouverneur de l'Illinois. En outre, Kaskaskia (la Vieille capitale – dont la population en 2016 est de 14) fut la première capitale de l'État d'Illinois.

Les terres agricoles le long du Chemin du Roi étaient d'une fécondité remarquable et son terroir est rapidement devenu le grenier de la Basse-Louisiane, en particulier la Nouvelle-Orléans. De nombreux colons sont devenus agriculteurs attirant ainsi un nombre croissant d'immigrants, principalement du Canada français. De nouvelles communautés francophones ont vu le jour comme Saint-Philippe fondé en 1720 par Philippe François Renault, Prairie du Pont (maintenant Dupo) où un pont de bois a été construit par les villageois sur une petite rivière, L'Aigle (aujourd'hui Columbia) nommé après une commune en Normandie, France, Prairie du Rocher en 1722 où les plaines mènent à des falaises rocheuses, et La Belle Fontaine (maintenant Waterloo) en référence à une source d'eau fraiche qui est devenue un arrêt incontournable pour les voyageurs assoiffés. Plusieurs ponts de pierre ont été construits épousant le paysage avec grâce comme le pont en arc à Maeystown, un petit village d'origine allemande.

Aux fins de protéger leur approvisionnement alimentaire, des soldats des Compagnies Franches de la Marine ont érigé Fort de Chartres en 1720 sous le commandement de Pierre Dugué de Boisbriand, natif de Montréal. À l'approche de la conquête de la Nouvelle-France par les Anglais, les fortifications ont été reconstruites en pierre en 1753. Ses fusils et ses canons ont, cependant, toujours été silencieux. Le site est aujourd'hui un monument historique national des États-Unis. Chaque juin, depuis 1971, un rendez-vous traditionnel est organisé en souvenir de la vie à l'époque du régime français.

Voyager sur le Chemin du Roi dans l'Illinois vous fera réaliser que la Francophonie a une âme palpable en dehors de la langue de Molière. Explorer son âme peut être une expérience très enrichissante.

Le Chemin du Roi est situé au sud de Chicago, près de Saint-Louis, Missouri, deux grandes villes francophiles d'Amérique.

À propos de l'auteur

Jean-Pierre Bernier est un cadre retraité du secteur financier avec une passion ardente pour la francophonie en Amérique et sa fraternité.

Natif de la ville de Québec, il habite maintenant à Aurora, Ontario.

Partagez cette chronique avec vos connaissances